Bericht in der Zeitung ‚LaProvince.be‘ nach der Verhandlung vom 3.Mai 2013

Tribunal de police à Mons: 11 morts dans un accident de car à Hensies en décembre 2003

Rédaction en ligne

« Le profit a passé avant la sécurité », estiment les parents des 11 victimes de l’accident d’autocar qui avait également blessé 37 personnes. Des familles des victimes étaient à Mons ce vendredi pour assister au procès. Elles veulent juste comprendre…

In Mons mit den Anwälten

G.M.

Des parents de victimes et leurs avocats, ce vendredi à Mons.

«Nous atteignons le but. Cela fait 9 ans et demi. Il est temps ! » Arnold et Elena Simon sont les parents d’Alexander, décédé dans le car à Hensies, tout comme son amie Yvette. Originaire de Namborn, en Allemagne, ils ont repris la route de Mons, ce vendredi, pour assister à l’audience du tribunal de police. Forcément administrative, en l’absence du prévenu Reiner Polster. «Nous ne réclamions rien de la société Polster Reisen. Nous voulions comprendre ce qui s’était passé, en l’absence du chauffeur, décédé. Las : le patron ne nous a jamais répondu. Les seuls interlocuteurs à nous avoir répondu, ce sont la police allemande, et notre ambassade. C’est clair que son absence nous empêche de comprendre la genèse du drame. Néanmoins, nous pourrons mieux faire notre devoir de deuil quand le procès sera clôturé. »

Voilà un an, les époux Simon étaient déjà venus à Mons lors du règlement de procédure devant la chambre du conseil. Andreas Ziemer, papa de Katrin, les a aussi accompagnés au procès. Ces trois parents se font les porte-parole des victimes.

Les parents ont mené leur enquête. « Le car a effectué toute une tournée en Allemagne via Munich, Stuttgart, Francfort, Cologne, Aix-la-Chapelle… Le chauffeur qui était au volant à Hensies lors du crash, conduisait depuis minuit. Auparavant, il n’avait pas dormi. On l’a vu boire beaucoup de café. Nous avons appris que ce problème de dépassement du temps de conduite est récurrent au sein de la société Polster Reisen. Pour autant, la société ne conteste pas ses responsabilités. Le car était en bon état, et seul en cause. Nous voulons remercier le juge du tribunal de police, qui a insisté à la précédente audience de novembre, pour que le patron vienne s’expliquer. C’est dommage qu’il n’est pas venu. »

Nos interlocuteurs ont aussi appris que quelques semaines avant le drame, le car en question avait dû subir une réparation suite à un petit accident. Laquelle avait été effectuée bien plus vite que prévu. « Ce qui nous conforte dans notre idée première : la société Polster a voulu privilégier le profit au détriment de la sécurité. »

Advertisements

Über chaoszeit

Wondering, whats happening to the world, to the people and to me.
Dieser Beitrag wurde unter Allgemein veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s